Farmers’ Rights at the Global Consultation

Sementi, Sovranità Alimentare

(La version française au dessous)

27-30 September 2016, Bali, Indonesia

EU regulations and new breeding techniques: Which legal framework is

necessary for the implementation of farmers’ rights?

By Mr. Guy Kastler, La Via Campesina, coordinator of the Agricultural Biodiversity Working Group of the IPC, France.

  • Europe and the USA are exporting their seed laws

EU and USA regulations are worth highlighting, since these two regions are actively exporting them to all countries around the world through WTO and free trade agreements. As shown by Haydée from the African Center for Biodiversity, these regions also resort to capacity transfer agreements          by sending industry advisers to draft new laws.

  • Peasant seed systems are not legal recognized

Informal farmer seeds systems are not recognized by EU legislation. Only seeds from uniform and stable varieties compliant with UPOV standards may be sold and exchanged for free. The only possible exception refers to exchanges for non-commercial purposes such as research, breeding and family consumption. However, farmers selling their produce on the market are not eligible to this exception. Some EU member states have broadened this exception in their national legislation. For instance, these legislation allow farmers to sell traditional seeds that are not registered according to UPOV standards on niche markets. In France, civil society mobilizations have recently persuaded the parliament to allow farmers to exchange seeds that are not classed as the varieties protected under Plant Variety Protection.

  • Benefit-sharing upside down

Regarding UPOV, I’m not going to intervene on this subject before the speakers after me present this topic. I’d just like to reflect on one point: benefit-sharing upside down. Under EU legislation, those contributing plant genetic resources to the Multilateral System must pay the beneficiaries to gain access to those resources. Farmers who contribute almost all of the seeds kept in gene banks are required to pay royalties to the breeders in order to access and use their own farm-saved seeds. Conversely, breeders benefiting from access to resources have no obligation whatsoever to share the benefits they get from this access. Quite the opposite, they are paid royalties by the farmers that contribute the resources.

UPOV expects breeders to share benefits in a ‘non-monetary’ way by authorising use of the protected variety to breed a new variety from it. But this exception only applies to breeders in laboratories or experimental stations. Peasants breed their seeds in their fields. But given they sell the produce from their fields, EU laws ban them from using their own harvest from a protected variety for reseeding in order to breed a new variety. They don’t do that to become breeders and sell their seeds, but to adapt their own seeds to their land and way of farming. How will they make a living if they’re not allowed to sell their harvest?

EU legislation provides for one exception on 21 species, but only if royalties are paid to the breeders. A non-monetary and fair benefit-sharing is, however, possible. If breeders can use all the seeds bred by peasants for free, why shouldn’t the peasants be allowed to reuse the breeders’ seeds for which they’ve already paid once when they bought them? Breeders would benefit as much as peasants given they would also be able to use the seeds newly bred by the peasants and breed new ones themselves.

  • The new hidden GMOs

In Europe, a new and totally unacceptable attack on farmers’ rights is under way. Last Monday, Monsanto announced that it was halting GMO production. Monsanto hasn’t been bought by Bayer yet, but it has already bought a CRISPR-Cas9 technology licence for genetic modification. In using this technology, recombining genetic material is introduced into the plant cell to modify its genes. But, unlike transgenesis, this genetic material is no longer identifiable in the marketed plant. Under US laws, this type of plant is not considered a GMO. The European Commission fails to enforce its own laws and instead allows the Member States to consider that these new GMOs are not GMOs. Without labels or traceability, peasants and consumers who reject GMOs will grow them and eat them without knowing. Organic farmers and informal seed systems will no longer have any means to protect themselves against contamination.

  • Patents seize native seeds and privatize genetic resources

GMOs are all patented. Patents are not on plants or varieties that are not patentable in Europe, but only on dematerialized genetic information, for example resistance to a herbicide or pathogen. They sometimes come with genetic markers that make it possible to select this trait in a lab. All this patented genetic information is described in such a way that it is impossible to distinguish it from the genetic information present in other plants that have been cross-bred or undergone natural mutations and that have not been modified through genetic engineering. Yet the two plants are different, since the patented one contains many other unintentional genetic modifications resulting from genetic technology, but these so-called off-target modifications are not described in the patent. Protection under these patents can, therefore, apply to native seeds from informal peasant systems that have never used patented seeds. This protection can also apply to all other plant genetic resources under the Multilateral System of the Treaty. In other words, biopiracy.

  • What can the Governing Body of the Treaty do?

Genetic information is an intrinsic part of a genetic resource. Under the Treaty and the CBD, this information cannot be freely accessible online unless prior consent and benefit-sharing obligations are met. The Multilateral System of facilitated access cannot survive unless there is a ban on all patents on genetic information that restrict access to the plant genetic resources that make it up. The Governing Body alone cannot ban these patents. For the Treaty to survive, however, it should push for this ban closely with other institutions involved. What it can do is to review article 6.3 of the Standard Material Transfer Agreement so that the beneficiary is not allowed to apply for intellectual property rights that restrict access to the resource not only for research and plant breeding, but also for agricultural crop production. This review would not require changing the actual text of the Treaty. If the Governing Body fails to act on this, farmers providing their seeds to the collections within the Treaty may see themselves prevented from growing them if a beneficiary files a patent for genetic information contained in these seeds. To protect themselves, should they simply stop providing their seeds for the collections?


Française

27-30 September 2016, Bali, Indonesia

La réglementation de l’UE et les nouvelles techniques de reproduction : quel cadre

juridique pour la mise en œuvre des droits des agriculteurs?

Par M. Guy Kastler, La Via Campesina, Coordinateur du Groupe de travail IPC Agriculture Biodiversité, France.

  • L’Europe et les USA exportent leurs lois semencières

Les lois européennes et d’Amérique du Nord sont importantes car ces deux régions sont très actives pour les exporter dans tous les pays du monde avec les accords de l’OMC et les Accords de Libre Échange. Ils utilisent aussi les accords de transfert de capacité en envoyant les conseillers de l’industrie pour rédiger de nouvelles lois, comme l’a montré hier Haydée du Centre Africain pour la Biodiversité

  • Les systèmes semenciers paysans n’ont pas d’existence légale

Les systèmes semenciers informels des agriculteurs ne sont pas reconnus par les lois européennes. Seules les semences de variétés homogènes et stables conformes aux normes de l’UPOV peuvent être vendues ou échangées à titre gratuit. La seule dérogation possible concerne les échanges visant une utilisation non commerciale comme la recherche, la sélection ou la culture pour la seule autoconsommation familiale. Mais les agriculteurs qui vendent leurs récoltes sur le marché n’ont pas accès à ces dérogations. Quelques pays européens ont élargis cet espace dérogatoire dans leur loi nationale. Ils autorisent par exemple la commercialisation sur des marchés de niche de semences traditionnelles non enregistrées selon les standards UPOV. En France, les mobilisations de la société civile ont récemment convaincu le Parlement d’autoriser les échanges entre agriculteurs de semences n’appartenant pas à des variétés protégées par une Certificat d’obtention Végétale.

  • Le partage des avantages à l’envers

Concernant l’UPOV, je ne vais pas présenter avant elles ce que les oratrices suivantes doivent présenter. Je ne développerai qu’une seule question, qui est une invention européenne : la partage des avantages à l’envers. En application des lois européennes, c’est en effet le fournisseur des ressources phytogénétique au Système multilatéral qui rémunère les bénéficiaires de l’accès à ces ressources. Les agriculteurs fournisseurs de la quasi totalité des semences détenues dans les banques de gènes doivent en effet payer des royalties aux obtenteurs pour avoir accès et utiliser leurs propres semences de ferme. Les obtenteurs bénéficiaires ont par contre accès aux ressources sans aucune obligation de partager les bénéfices qu’ils en retirent. Au contraire, ils perçoivent les royalties payées par les agriculteurs fournisseurs.
L’UPOV prétend que les obtenteurs partagent les avantages de façon « non monétaires » en autorisant l’utilisation de la variété protégée pour en sélectionner une autre. Mais cette exception n’est accordée qu’aux obtenteurs qui sélectionnent dans des stations d’expérimentation ou au laboratoire. Les paysans sélectionnent leurs semences dans leurs champs. Mais parce qu’ils vendent la récolte de ce champ, la loi européenne leur interdit de ressemer la récolte d’une variété protégée pour en sélectionner une autre. Ils ne font pas cela pour devenir obtenteur et vendre des semences, mais pour adapter leurs propres semences à leur territoire et à leur mode de culture. De quoi vivront-ils s’ils ne peuvent pas vendre leurs récoltes ?
La loi européenne prévoit une exception pour 21 espèces, mais à la seule condition de payer des royalties aux obtenteurs. Un partage des avantages non monétaire et équitable est pourtant possible : les obtenteurs utilisent gratuitement toutes les semences sélectionnées par les paysans, pourquoi les paysans ne pourraient-ils pas réutiliser gratuitement les semences des obtenteurs qu’ils ont déjà payées une première fois lorsqu’ils les ont achetées ? Les obtenteurs y gagneraient autant que les paysans en pouvant utiliser eux aussi les nouvelles semences ainsi sélectionnées par les paysans afin d’en sélectionner des nouvelles à leur tour.

  • Les nouveaux OGM cachés

Une nouvelle agression inacceptable contre les droits des agriculteurs est en train de se nouer en Europe. Lundi dernier, Monsanto a annoncé qu’il abandonne la production des OGM. Monsanto n’est pas encore acheté par Bayer, mais il a déjà acheté une licence d’exploitation de la technologie de modification génétique CRISPR-Cas9. Cette technologie consiste à introduire du matériel génétique recombinant dans la cellule de la plante pour modifier ses gènes. Mais, contrairement à la transgenèse, ce matériel génétique n’est plus identifiable dans la plante commercialisée. Selon la loi américaine, cela suffit pour que la plante ne soit pas considérée comme un OGM. La Commission européenne refuse de faire appliquer ses propres lois et autorise les États membres à considérer que ces nouveaux OGM ne sont pas des OGM. Sans étiquetage ni traçabilité, les paysans et les consommateurs qui refusent les OGM en cultiveront et en mangeront sans le savoir. Les agriculteurs biologiques et les systèmes semenciers informels n’auront plus aucun moyen de se protéger contre les contaminations.

  • Les brevets s’emparent des semences natives et privatisent les ressources génétiques

Ces OGM sont tous brevetés. Le brevet ne porte pas sur la plante ou la variété qui ne sont pas brevetables en Europe, mais uniquement sur l’information génétique dématérialisée : le caractère de résistance à un herbicide ou un pathogène par exemple. Ils sont parfois accompagné de quelques marqueurs génétiques permettant de sélectionner ce caractère au laboratoire. Ces informations génétiques brevetées sont toutes décrites d’une manière qui ne permet pas de les distinguer d’informations génétiques qui existent dans d’autres plantes issues de croisements ou de mutations naturelles et qui n’ont pas été modifiées par génie génétique. Les deux plantes se différencient pourtant car celle qui est brevetée contient beaucoup d’autres modifications génétiques non intentionnelles résultant de la technologie génétique, mais ces modifications dites « off target » ne sont pas décrites dans le brevet. La protection de ces brevets peut ainsi s’étendre aux semences natives des systèmes paysans informels qui n’ont jamais utilisé de semences brevetées. Elle peut aussi s’étendre à toutes les ressources phytogénétiques du système multilatéral du Traité. C’est ce qu’on appelle la biopiraterie.

  • Que peut faire l’Organe Directeur du Traité ?

L’information génétique est une composante intrinsèque de la ressource génétique. Il n’est pas conforme au Traité, ni à la CDB, qu’elle soit librement accessible sur internet sans respect des obligations de consentement préalable et de partage des avantages. Le Système multilatéral d’accès facilité ne survivra pas sans interdiction de tout brevet sur des informations génétiques limitant l’accès aux ressources phytogénétiques qui le constituent. L’organe Directeur du traité ne peut pas à lui seul interdire ces brevets. Mais s’il veut survivre, il doit œuvrer pour cette interdiction avec les autres institutions concernées. Il peut par contre décider de réviser l’article 6.3 de l’accord Type de Transfert de Matériel afin que le bénéficiaire ne puisse pas déposer un droit de propriété intellectuelle qui limite l’accès à la ressource non seulement pour la recherche et la sélection, mais aussi pour la culture agricole. Cette révision ne demande pas de modifier le texte du Traité lui-même. Si l’Organe Directeur ne prend pas cette précaution, les agriculteurs qui donnent leurs semences aux collections versées au Traité pourront se voir interdire de continuer à les cultiver si un bénéficiaire dépose un brevet sur une information génétique qu’elles contiennent. Devront-ils renoncer à les donner pour se protéger ?

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail